1
/
3
/

ACTUALITÉS

La Solitaire Urgo le Figaro vue par Armel Le Cléac’h

12 mai 2017
Vainqueur du Vendée Globe 2016/2017, Armel Le Cléac’h a, comme tous les grands marins français, fait ses classes sur la Solitaire du Figaro. Une épreuve particulièrement exigeante, qu’il a inscrite à son palmarès à deux reprises, en 2003 puis en 2010. A l’heure où se profilent des projets toujours plus ambitieux, à la barre de son nouveau maxi-trimaran, il n’oublie pas cette course légendaire qui l’a formé. Il ne cache pas non plus son envie d’y retourner ! La Solitaire du Figaro est-elle vraiment une épreuve à part, et pourquoi ? C’est une course qui, dans son format, est assez unique avec quatre étapes au temps, dans lesquelles on n’a pas le droit à l’erreur pour faire un bon résultat. Or, c’est très difficile, car on peut signer trois belles étapes, et tout perdre sur la dernière. Et en même temps, c’est cette difficulté qui fait son charme et sa singularité. Moi, j’en ai fait une dizaine, et ça a été une super expérience ! On y apprend à gérer son sommeil, à manœuvrer tout seul, à se dépasser mentalement et physiquement. On y vit de très bons moments, comme de très difficiles. On s’y confronte aux meilleurs sur des bateaux identiques, où seul le marin fait la différence. C’est la meilleure école de la Course au Large en Solitaire. Quel est le votre meilleur souvenir sur cette épreuve ? Il y en a en pas mal ! Mais si je devais n’en retenir qu’un, je dirais la victoire en 2010. Je suis allé la chercher en remportant trois des quatres étapes cette année là ! Quand on atteint un tel niveau, ça fait plaisir, surtout lorsque l’on sait tout l’engagement, et toute la préparation qu’il faut pour être au départ de cette épreuve. Je m’étais éloigné du circuit pour me consacrer au Vendée Globe 2008/2009 et revenir à ce niveau d’excellence et gagner, c’était super ! Quel est votre regard sur les forces en présence pour l’édition 2017 ? Cette édition sera très intéressante, car Yann et Jérémie, qui creusaient l’écart depuis quelques années, font leur grands retour après le Vendée Globe. Or, les autres ne les ont pas attendus. Ils ont progressé, travaillé et j’ai hâte de voir ce que ça va donner, sur cette course où l’expérience compte. Je pense qu’il y aura un jeu très ouvert au départ ! Je vais suivre cela avec l’envie de revenir un jour sur cette course qui m’a beaucoup appris. J’y ai vécu de grands moments !

Un dernier stage avant la grande échéance

12 mai 2017
A un mois du coup d’envoi de la Solitaire Urgo Le Figaro, les figaristes du Pôle Finistère Course au Large s’apprêtent à disputer leur tout dernier stage de préparation. Forts des derniers enseignements de la Solo Maître CoQ, sur laquelle ils se sont à nouveau hissés sur le podium, les coureurs forestois peuvent  compter sur le savoir-faire des cadres du Pôle pour affiner leurs gammes les 16 et 17 mai prochain.  Auteurs d’une nouvelle performance sur la Solo Maître CoQ, où ils se sont offerts 7 des 10 premières places du classement général, les figaristes du Pôle ont confirmé leur grande régularité sur l’ensemble des courses du printemps. « Nous sommes satisfaits de ces résultats qui s’inscrivent dans la continuité, avec des coureurs qui  sont régulièrement sur le podium cette saison : Charlie Dalin, Nicolas Lunven, Sébastien Simon, Erwan Tabarly, …. Contrairement aux éditions précédentes, la Solo Normandie, la Solo Concarneau et la Solo Maître CoQ sont comptabilisées au Championnat de France. Nous avons donc étoffé notre dispositif : la cellule météo avec le renfort Jean-Luc Nélias, multiplié briefings et débriefings collectifs et individuels. Jeanne Grégoire a assuré le suivi de l’équipe sur chaque épreuve» souligne Christian Le Pape. Si cet encadrement est très apprécié des bizuths, tous attendent stages et analyses qui pourront faire LA différence. Forts des derniers enseignements de la Solo Maître CoQ, sur laquelle ils ont pu valider leurs acquis et affiner leurs manœuvres, les figaristes du Pôle vont profiter les 16 et 17 mai prochain des derniers jours à Port-la-Forêt pour peaufiner leur préparation dans le calme et la sérénité. «Tout l’enjeu sera de trouver le bon compromis, entre les derniers tests à faire et la nécessité de garder de la fraîcheur, pour la grande échéance qui débutera le 4 juin prochain. » analyse Christian le Pape. Nicolas Lunven, sur les bancs du Pôle depuis 10 ans, en témoigne : «Il y a toujours à apprendre, et le Pôle nous permet de nous confronter aux meilleurs, en proposant des entraînements «en mode régate», avec plus d’une dizaine de bateaux. Tous ces paramètres mis bout à bout nous facilitent la tâche, et permettent de se concentrer sur les détails, pour aller chercher le petit pourcentage de performance supplémentaire qui fait la différence ! » En remportant la Solo Maître CoQ 2017, il a prouvé qu’il était dans le match cette saison.

Les Diams 24 à l’entraînement dans les eaux forestoises !

12 mai 2017
Rapides et ludiques, huit Diams 24, les trimarans du Tour de France à la Voile, ont investi les pontons de Port-la-Forêt la semaine dernière, dans le cadre d’un stage organisé au Pôle Finistère, à la demande de la Fédération Française de Voile. Si l’objectif était de permettre aux jeunes recrues du circuit de progresser sur les raids côtiers, des équipages plus qualifiés se sont joints aux entraînements, pour apporter leur experience et échanger avec leurs cadets. Philippe Michel, Bertrand Dumortier, conseillers techniques nationaux de la FFVoile, et Jeanne Grégoire ont encadré l’ensemble des coureurs. Une parenthèse enrichissante pour Jeanne avant de s’investir dans le dernier stage des figaristes : «C’était génial car il y a eu un bel échange entre les petits jeunes et les coureurs plus expérimentés, comme le team Lorina, vainqueur du Tour l’an dernier. L’objectif était de permettre aux jeunes de progresser sur les raids, et de leur apprendre à naviguer sans voir de bouée, ce qui n’est pas si facile avec le peu d’outils dont ils disposent à bord. Nous avons enchaîné les milles dans des conditions variées, c’était très agréable. Nous sommes allés de Loctudy à la pointe de Trévignon, et nous sommes même entrés dans le chenal de Concarneau. Les infrastructures du Pôle et du port se prêtaient super bien à ce format de stage, c’était une belle expérience ! » confiait Jeanne ravie à l’issue de l’exercice.

La Solitaire URGO le Figaro vue par François Gabart

14 avril 2017
Passé par la Reine des Solitaires entre 2008 et 2010, avant de remporter le Vendée Globe et la Route du Rhum en Imoca, puis de courir dans la catégorie des ULTIM où François Gabart a continué à étoffer son palmarès. Il nous livre son regard sur La Solitaire URGO le Figaro. Une épreuve incontournable, pour devenir un grand marin de la Course au Large. La Solitaire URGO le Figaro est-elle vraiment une épreuve à part, et pourquoi ? Oui, car c’est la seule course au large en solitaire et en monotype, qui se joue par étapes et s’étale sur un mois. Son format atypique permet vraiment de faire la différence entre des marins seuls sur un bateau. Elle est également unique en son genre pour sa longévité, car elle existe depuis près de 50 ans, et si les français sont aussi bons en solo, c’est en partie grâce à cette course, qui a permis à plein de marins d’apprendre et de progresser. Pour moi, c’était une marche incontournable pour passer du dériveur et de l’olympisme au milieu professionnel de la Course au Large. C’était mon premier rêve dans ce domaine. Quel est votre meilleur souvenir ? J’ai envie de dire la première et la dernière étape. Pour la première, je ne savais pas trop où j’allais, mais j’étais dans cette espèce d’énergie hyper positive du bizuth, qui est à la fois emerveillé, intrigué, et excité à l’idée de ce qui l’attend. Et puis, la toute dernière, c’était en 2010 pour ma troisième Solitaire. Juste avant l’arrivée à Cherbourg, j’étais entre les îles anglo-normandes et c’était très serré, avec pas mal de courants, et jusqu’au dernier moment, tout était possible dans le bon comme dans le mauvais. Et au final, j’ai réussi à passer, et sur le dernier bord entre le Raz Blanchard et Cherbourg, je savais que j’étais sur le podium, deuxième derrière Armel. C’était vraiment chouette ! Quel est votre regard sur l’édition 2017 ? Ca va être intéressant, car il y a eu un résultat exceptionnel l’an dernier au sein de l’équipe Macif, avec les première et deuxième places. Cette année, Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) a remporté les deux premières courses de la saison, il est sans ambiguïté l’un des favoris, si ce n’est le grand favori. Mais il va avoir la chance de se confronter à Yann Eliès et Jérémie Beyou, qui ont dominé la Solitaire ces dernières années, et qui n’étaient pas là à cause du Vendée Globe en 2016. Je pense qu’il va y avoir un beau match entre cette équipe Macif et les anciens vainqueurs que sont Yann, Jérémie ou encore Nicolas Lunven. 

OBJECTIF : La Solitaire URGO Le Figaro

14 avril 2017
Bien décidé à truster les premières places sur le rendez-vous phare de la saison qu’est la Solitaire Urgo le Figaro, le Pôle Finistère Course au Large a ciblé les entrainements en fonction du calendrier. En l’absence de Transat en double cette année, ce sont les petits parcours de vitesse en solo et les manouvres qui ont été privilégiés. Pour le reste, les deux premières confrontations ont offert un panel de conditions variées. «Quand tu navigues en Normandie, avec du courant, et 35 noeuds de vent au milieu des cailloux, il faut maîtriser parfaitement son bateau. On l’a vu, il y a eu beaucoup d’abandons surtout chez les bizuths. C’était une épreuve compliquée mais ils ont énormément appris. Sur la Solo Concarneau, c’était complètement différent avec du petit temps. Il fallait jouer avec la brise thermique et le vent synoptique, à la côte, entre les cailloux … En deux courses, ils ont balayé toutes les conditions qu’ils pourront rencontrer sur la Solitaire, c’est vraiment génial ! » sourit Jeanne, qui sera présente aux Sables d’Olonne où les figaristes effectueront un stage de deux jours mercredi et jeudi prochain, avant la première manche de la Solo Maître CoQ lancée le lundi 24 avril 2017.

Nos partenaires techniques

Nos partenaires institutionnels

https://www.finistere.fr/

Facebook

YouTube