Le Pôle Finistère sur la Solitaire du Figaro 2021 : la force du groupe

Le coup d’envoi de la Solitaire du Figaro sera donné le 22 août prochain. Les 34 skippers inscrits, parmi lesquels 13 coureurs du Pôle Finistère Course au Large de Port-la-Forêt, donneront le meilleur d’eux-mêmes pour briller sur l’épreuve qui représente l’objectif principal de la saison. La bagarre s’annonce serrée, car nombreux sont ceux qui peuvent prétendre succéder à Armel Le Cléac’h, le tenant du titre. Réussir à déjouer un maximum des pièges du parcours, tenir dans la durée physiquement et mentalement seront les clés du succès de cette 52e édition qui s’annonce passionnante !

Le parcours 2021

Si ces dernières années, le parcours de la Solitaire du Figaro proposait trois grandes étapes et un sprint, le tracé de ce cru 2021 revient à un format plus « traditionnel », avec quatre longues étapes particulièrement exigeantes : 2 500 milles à parcourir, des étapes à Saint-Nazaire, Lorient, Fécamp et en Baie de Morlaix et des points de passage intéressants, comme à La Corogne ou au mythique phare du Fastnet.

Alexis LOISON

Un combo corsé et bien équilibré entre course hauturière et régate côtière confirme Alexis Loison, skipper Région Normandie, 16ème participation à l’épreuve et membre du Pôle Finistère au Large depuis 2012 : « La course revient à un format disons plus « classique », avec quatre gros morceaux de 689, 490, 624 et 685 milles, ce qui, après les avoir bien étudiés, donnerait presque le vertige ! Sur chaque tronçon de chaque étape, la liste des pièges est incroyable. Ça va assurément être passionnant à suivre, mais aussi à vivre ! ».

Comme les 12 autres marins du Pôle, le Cherbourgeois bénéficie de l’expertise des entraîneurs, Jeanne Grégoire et Erwan Tabarly, et aussi d’un double vainqueur de la Solitaire (2009 et 2017), Nicolas Lunven qui sera le routeur météo de l’équipe. « Le trio Jeanne-Erwan-Nicolas est parfait. Tous les trois connaissent bien la course pour l’avoir chacun disputée à plusieurs reprises. C’est intéressant pour nous, coureurs, car ce n’est pas le tout de donner des informations, il faut aussi savoir comment les gérer et les interpréter. Voilà leur force. Ils ont une approche très ciblée dans leurs bulletins et savent aller à l’essentiel. C’est très agréable et c’est forcément un atout sur l’eau ».

Des ambitions fortes pour les coureurs du Pôle Finistère

Pour cette 52e édition, pas d’ancien vainqueur, mais de nombreux marins expérimentés comme Pierre Leboucher, Alexis Loison, Éric Péron et Pierre Quiroga qui ont déjà signé des podiums et des victoires d’étape. En avant saison, Tom Laperche, le skipper Performance Bretagne – CMB et Martin Le Pape, le skipper de Gardons La Vue, ont porté haut les couleurs du Pôle en s’imposant chacun sur une épreuve. Tous s’annoncent forcément comme de sérieux prétendants à la victoire finale à St Nazaire, le 19 septembre prochain.

Martin Le Pape

« J’aborde cette Solitaire 2021 détendu. Techniquement, je me sens prêt. J’ai fait tous les entraînements du Pôle, participé à toutes les courses d’avant saison. Après avoir un peu tout essayé en terme de préparation juste avant la course, j’ai choisi cette fois de beaucoup naviguer : j’ai couru la Fastnet en Imoca et je suis parti en croisière, dans le but d’arriver avec le plus de fraîcheur possible. L’envie, la niaque et la décontraction de l’esprit font partie de la bonne recette sur la Solitaire », assure Martin Le Pape, skipper de Gardons la vue. « Je sais que je vais profiter des compétences et de l’expérience du Pôle. L’équipe connait la Solitaire parfaitement, et a encore des choses à nous transmettre. J’ai confiance ».

 

Armel LE CLEAC’H, tenant du titre : « avoir confiance en soi et en sa préparation »

Armel Le Cleac’h

Depuis 2003, grâce aux marins de la génération d’Armel Le Cléac’h, le Pôle Finistère a remporté chacune des éditions de la Solitaire du Figaro. Si la relève semble assurée, avec de nombreux jeunes talents, l’épreuve reste toutefois un exercice à part et complexe. Pour aller chercher la première place, une multitude de paramètres doit s’imbriquer et les planètes s’aligner. « Ce que je retiens avec l’expérience, c’est qu’il faut vraiment faire sa course sans se laisser influencer par ce que font les autres, ce qui n’est pas forcément simple, surtout lorsque la fatigue commence à s’accumuler. Chacun a ses atouts, sa vision de la stratégie et sa manière de mener son bateau. Il faut avoir confiance en ses choix pour atteindre l’objectif que l’on s’est fixé », note le skipper de Banque Populaire, triple vainqueur de l’épreuve et tenant du titre.

« Ce qui fait la force du Pôle, c’est son groupe. Un groupe assez hétérogène, avec des gens d’expérience, mais aussi des jeunes qui poussent, tous avec un cursus différent. L’an passé, lorsque j’ai fait mon retour sur la Solitaire, le fait d’avoir pu échanger avec les autres et l’équipe du Pôle m’a permis d’arriver vraiment prêt au départ de la course et de la gagner », assure Armel, confiant pour ses camarades lors de cette édition 2021. « Nombreux sont ceux qui ont les capacités pour l’emporter, et Jeanne comme Erwan sauront trouver les bons mots à chaque étape. Tous les ingrédients sont réunis pour faire une nouvelle victoire pour le Pôle », note le Léonard qui a forcément des conseils spécifiques pour Gaston Morvan, le jeune skipper Bretagne – CMB Espoir, l’un des douze bizuths de cette 52e édition. « Il faut qu’il profite à fond de sa première Solitaire. C’est toujours un moment important dans une carrière de coureur au large. Je me souviens de la mienne, il y a 21 ans, comme si c’était hier, et j’en garde de précieux souvenirs. Il est important d’aller à l’essentiel, ne pas se mettre trop la pression et d’avoir confiance dans sa préparation. Le fait d’avoir travaillé avec le Pôle et de bénéficier de partenaires d’entraînement aussi pointus sont d’énormes atouts. »

Le point des entraîneurs à quelques jours du départ

Le Pôle Finistère Course au Large a à cœur de poursuivre le travail engagé depuis de nombreuses années et de continuer d’écrire de belles histoires sur l’eau, même si la concurrence est forte. S’illustrer sur la Solitaire et sur le Championnat de France Elite de Course au Large est la confirmation d’un réel talent.

« Les figaristes les plus expérimentés de notre équipe sont allés courir la Fastnet : Corentin Horeau et Martin Le Pape, respectivement en Ultim et en Imoca. Alexis Loison et Alan Roberts ont remporté l’épreuve chacun dans leur catégorie. Ils sont donc « chauds » pour la Solitaire.
Avec les plus jeunes, nous avons fait un dernier stage de navigation à la maison, la semaine dernière. Au-delà des micro- réglages, nous avons bien sûr évoqué la Solitaire. Une manière de s’imprégner. »
confirme Erwan Tabarly.

« Les coureurs, les entraineurs, les élus, les partenaires, les différents experts qui interviennent en météo, en préparation physique, en suivi médical, pour tous les fidèles acteurs et soutiens du Pôle, le mois de la Solitaire est toujours intense et riche en émotions !»  Jeanne Grégoire

Pour suivre, les marins du Pôle sur la Solitaire du Figaro 2021, c’est ici

Les navigateurs du Pôle Finistère engagés sur la Solitaire du Figaro:

  • Elodie BONAFOUS: Bretagne- CMB Océane
  • Violette DORANGE: Devenir
  • Corentin HOREAU : Mutuelle Bleue pour l’Institut Marie Curie
  • Tom LAPERCHE : Bretagne- CMB Performance
  • Erwan LE DRAOULEC : Skipper Macif 2020
  • Martin LE PAPE : Gardons la Vue
  • Pierre LEBOUCHER : Guyot Environnement- Ruban rose
  • Alexis LOISON : Région Normandie
  • Marc MALLARET : CTB Contrôle Technique Bateaux
  • Gaston MORVAN : Bretagne – CMB Espoir
  • Eric PERON : French Touch
  • Pierre QUIROGA : Skipper Macif 2019
  • Alan ROBERTS : Seacat Services
Catégorie:
  News

Nos partenaires institutionnels

https://www.finistere.fr/

Facebook

YouTube