L’œil de Charlie Dalin sur la Transat Jacques Vabre

Pour Charlie Dalin associé à Yann Eliès, cette transat Jacques Vabre était le baptême du feu comme skipper de l’Imoca Apivia mis à l’eau début août. Un sans-faute conclu par une victoire à Salvador de Bahia.

 

– Tu es Havrais d’origine, remporter cette transat Jacques Vabre a sans doute une saveur particulière pour toi ?

« Forcément c’est une course qui a éveillé ma passion pour la voile et qui l’a nourrie. Dès que je sortais du collège je filais admirer les bateaux au bassin. Tout cela me faisait rêver et en même temps cela paraissait inaccessible. Depuis j’ai tracé mon chemin dans cet univers de la course au large et j’ai gagné cette transat avec Yann. C’est un peu comme un rêve d’enfant qui se réalise. »

– Gagner une transat avec un Imoca tout neuf qui avait navigué pour la première fois le 11 août c’était l’entame parfaite ?

« C’est le scénario idéal et une prouesse technique. Cette performance c’est la traduction du savoir- faire énorme de l’équipe qui a réussi à mettre au point et fiabiliser ce 60 pieds dans un délai très court. Le projet est chez Mer Concept et il y a de l’échange entre le trimaran Macif et l’Imoca. Ce retour d’expérience permet d’avancer plus vite. Cette transat a prouvé que le bateau était bien né pour autant on ne va pas s’endormir sur nos lauriers. »

– Apivia a confirmé les promesses affichées lors des entraînements collectifs à Port La Forêt ?

« Nous avons fait tous les stages au Pôle et nous étions souvent en contact avec Charal et PRB. Au final les bateaux avec lesquels on se battait lors de ces stages ont été ceux avec lesquels on a lutté sur la transat. On apprend toujours énormément à naviguer au contact avec ses futurs adversaires. C’est un peu unique et propre à notre sport. »

– Vous étiez à la lutte avec Jérémie Beyou et Christopher Pratt et il y a eu ce Pot au Noir qui les a punis et a redistribué les cartes en votre faveur…

« Il a comme souvent joué le juge de paix et a été impitoyable avec Jérémie et Christopher qui y sont entrés les premiers. On a réussi à récupérer les vents de Sud Est, on voyait les nuages et les grains arriver par l’Est et à chaque fois on passait juste devant. On voyait le Pot au Noir se décaler au Sud au fur et à mesure mais on a réussi à ne pas se faire bloquer et encalminer par un nuage. A chaque fois on est passé du bon côté du grain on a eu un enchaînement magique pendant 36 heures… »

– Tu as effectué le convoyage en solitaire du Brésil aux Açores, premier bilan ?

« L’objectif était de naviguer pour la première fois en solo sur un Imoca. Je voulais le faire dès cette année et ne pas attendre The Transat (Mai 2020) juste six mois avant le Vendée Globe. En double tu peux récupérer une situation délicate sans même t’en rendre compte, en solitaire le moindre grain de sable peut tout changer. J’ai parcouru 3600 milles et j’ai appris beaucoup de choses qui vont enrichir la liste de travail pour le chantier à venir où Apivia va être mis en configuration solitaire. En moins de trois mois on a parcouru quasiment un demi- tour du monde, c’est pas mal et plutôt probant ! »

Catégorie:
  News

Nos partenaires institutionnels

https://www.finistere.fr/

Facebook

YouTube